Advertise Here

Mes passions

- Another Blogger Blog's

Quatrième de couverture :

Dans les dernières années du Second Empire, quand Nana joue le rôle de Vénus au Théâtre des Variétés, son succès tient moins à son médiocre talent d'actrice qu'à la séduction de son corps nu, voilé d'une simple gaze. Elle aimante sur scène tous les regards comme elle attire chez elle tous les hommes : tentative solaire qui use de ses charmes pour mener une vie de luxure et de luxe, de paresse et de dépense.

Ce que j'en ai pensé :

A la fin de "l’Assomoir" on a quitté Nana qui, pour échapper à la vie qui lui était tracée : celle des filles de la rue de la Goutte d’Or, s’enfuit au bras d’un homme d’une cinquantaine d’année.
Le roman commence lors d’une représentation d’une pièce de théâtre où Nana jour le rôle de la blonde et provocante Vénus. Tous les hommes présents dans la salle sont séduits par son audace et son corps dénudé. Certains sont complètement « envoutés » c’est le cas de Steiner, un très riche banquier, qui va  bientôt l’entretenir et lui offrir même une « campagne », alors qu’elle papillonne de bras en bras. Puis elle abandonne tout pour un jeune artiste comme elle, « Fontan », dont elle est tombée très amoureuse, mais au bout de quelques mois de vie commune Fontan devient violent et avare, il la trompe alors qu’elle se prostitue pour subvenir à leurs besoins, il la brutalise et finit par la jeter dehors. Elle va rester quelques temps avec une autre prostituée « Satin » puis va retourner à sa vie d’artiste. Dès qu’il la revoit, le haut dignitaire Muffat, qu’elle avait quitté de façon très brutale, lui propose de reprendre leur vie ensemble. Il l’installe dans un superbe hôtel particulier avec la maison qui va avec : maître d’hôtel, cuisinière, lingère, cocher, femme de chambre etc. en ayant pour seule exigence  : qu’il soit le seul homme de sa vie. Nana ne s'attarde pas trop à discuter
"Où est l'hôtel ? - Avenue de Villiers.
Et il y a des voitures ? - Oui
Des dentelles ? des diamants ? - Oui
Oh ! que tu es bon, mon chat !..."
Et Nana accepte le marché. Alors elle devint une femme chic, rentière de la bêtise des hommes. Notre héroïne connait une fulgurante ascension, une véritable cour l'entoure essentiellement composée d'hommes plus ou moins fortunés, elle les dévore les uns après les autres, croque les héritages et plonge des familles dans le désespoir. Il y en a certains qui lui proposent le mariage mais en riant elle les refuse tous, préférant sa joyeuse liberté
Dans ce roman Nana, la fille de Gervaise, prend sa revanche sur la société tout en abusant de ses charmes. Elle m'a quelquefois énervée, je suis même arrivée à penser qu'elle exagérait un peu tant son appétit est vorace, mais je l'ai bien aimée quand même. Belle, provocante, d'une bonne santé, d'une belle gaïté Nana obtint un succès colossal mais a-t-elle connu un jour le vrai bonheur ? Zola dans ce roman nous entraîne vers les pelouses des champs de courses, les hôtels particuliers nous en décrit les toilettes magnifiques, les bijoux, le luxe des ameublements, mais il nous entraîne aussi dans la rue avec ces filles de joies, dans les cabarets de l'époque. Il nous décrit les moeurs, la décadence et la vie très corrompue de la société du Second Empire. Il en dénonce la luxure et la déchéance au travers de son personnage le comte Muffat qui prête à rire mais parfois à pleurer. Encore un grand moment de lecture


"Eh ! non, je ne veux pas !... Est-ce que je suis faite pour cette machine ? Regarde-moi un peu, je ne serais plus Nana, si je me collais un homme sur le dos... Et, d'ailleurs, c'est trop sale ..."
"Son oeuvre de ruine et de mort était faite, la mouche envolée de l'ordure des faubourgs, apportant le ferment des pourritures sociales, avait empoisonné ces hommes, rien qu'à se poser sur eux. Cétait bien, c'était juste, elle avait vengé son monde, les gueux et les abandonnés..."



5 commentaires:

Alinea Book1 a dit…

je garde un tres bon souvenir de cette lecture, je suis en train de lire un zola aussi , La faute de l'abbé Mouret

Clara a dit…

Un de mes préférés !

AlterVorace a dit…

J'adore Zola, une de mes bonnes résolutions de 2012 est d'ailleurs de lire dans l'ordre toute la saga des Rougon-Maquart.

Midola a dit…

J'avais moi aussi enchaîné L'Assommoir et Nana. Deux romans très forts !

claudialucia a dit…

J'aime bien celui-ci même si ce n'est pas mon préféré! Tu vas bientôt arriver à Germinal!